L’utilisation de l’eau chaude est souvent beaucoup plus importante que ce qu’imagine les consommateurs. D’après les moyennes nationales (pour la France), une douche représente en moyenne une quarantaine de litres d’eau chaude à 40 degrés. Pour se raser ou se laver les mains au robinet, c’est environ 3 à 4 litres d’eau chaude qui sont consommées. On considère qu’un français moyen utilise environ 80 litres d’eau chaude par jour au total, et les consommateurs sont bien loin de se douter qu’ils consomment un tel volume ! Pour une famille de 4 personnes, dont deux enfants, les moyennes se situent à environ à 400 litres d’eau chaude par jour.

Le ballon d’eau chaude électrique et l’invention du thermodynamique

Le chauffe-eau électrique classique fonctionne par l’intermédiaire d’une résistance qui chauffe l’eau jusqu’à la température désirée via un thermostat. Généralement réglé pour fonctionner la nuit (les heures ou le prix de l’électricité est le plus bas), un ballon d’eau chaude doit ensuite pouvoir conserver la chaleur toute la journée, ce qui implique qu’il soit entouré d’une mousse isolante qui fait office de « thermos ». Il faut savoir qu’en moyenne à l’intérieur d’un ballon classique, l’eau est chauffé à 65 degrés. L’information importante à retenir c’est qu’il est inutile de chauffer l’eau à 65 degrés, car personne ne se douche avec une telle température. Cependant cette température légèrement plus élevé que nécessaire permet de produire plus d’eau chaude que le volume du ballon. En effet, grâce à un mélange avec de l’eau froide on obtient le volume désiré ce qui permet de dépenser moins d’eau chaude à température du chauffe-eau.

Ainsi 200 litre d’eau chaude à 65 degrés permettent d’obtenir 400 litres d’eau à 40 degrés. Les professionnels ont créé un indice pour expliquer ce delta aux particuliers : on parle de V40, c’est-à-dire le volume d’eau chaude disponible à 40 degrés grâce à la capacité de réserve du chauffe-eau.

L’invention du thermodynamique vient notamment du fait que le chauffe-eau classique affiche un problème assez important : l’entartrage de la résistance, qui oblige à entretenir très régulièrement le chauffe-eau. Plusieurs techniques ont été développées pour permettre de pallier à ce problème. Nous ne les passerons pas en revue ici, mais voilà une belle transition pour évoquer la révolution apportée par le chauffe-eau thermodynamique.

Le chauffe-eau thermodynamique révolutionne le domaine

Si les nouvelles résistances permettent une belle avancée, il faut surtout mentionner les économies d’énergies générées. On considère qu’avec un chauffe-eau classique doté des dernières évolutions technologiques, les économies d’électricité vont de 8% minimum à 20% (pour les modèles qui sont dotés d’un thermostat électronique et d’une intelligence artificielle permettant de s’adapter). Par contre avec un chauffe-eau thermodynamique, qui utilise l’air ambiant pur chauffer l’eau (via récupération des calories dans l’air), la pompe à chaleur fonctionne avec un fluide réfrigéré. Avec un chauffe-eau thermodynamique, c’est près de 75% d’économie réalisé sur les factures d’électricité ! Avec les aides de l’état dédiées (légitimé sur le principe de l’écologie), on considère en moyenne qu’un chauffe-eau thermodynamique est rentable dès la quatrième année d’utilisation par rapport à un ballon d’eau chaude classique.