Le laboratoire Rufus vient de créer une montre connectée très large qui nous rappelle les phablettes, ces gadgets avec une écran de taille entre les smartphones et les tablettes. Mais sur le marché des objets connectés, cette manchette a-t-elle une chance ?

Des fonctionnalités moyennes

Le Rufus Cuff arbore des dimensions gargantuesques et a les airs d’un smartphone intégré dans un bracelet plutôt qu’une montre connectée de dernière innovation. Alors que selon le constructeur, il s’agit d’un bracelet connecté qui remplacera votre smartphone, portefeuille et montre en même temps de suivre vos activités physiques, les caractéristiques techniques témoignent d’un simple smartphone bas de gamme installé sur votre poignet.

Avec un écran tactile d’environ 8 cm et une mémoire interne de 64 GB, ce gadget fonctionne sous Android KitKat, mais ne dispose pas de carte SIM. Cela veut dire bien évidemment qu’il faut oublier les appels et l’accès au Wi-Fi est seulement disponible s’il est connecté à votre smartphone, ce qui est dommage.

Une campagne de récolte de fond réussie sur Indiegogo

Malgré les inconvénients, les manchettes comme la Rufus Cuff sont assez populaires –  peut-il parce qu’elles font tout de suite penser à la manchette de Pip Boy dans le jeu Fallout. L’année dernière, un objet connecté très similaire a vu le jour, appelé Neptune Pine qui a suscité l’intérêt des passionnés de technologie. La campagne Indiegogo du Rufus Cuff a récolté plus de 450 mille dollars, en dépassant largement la somme prévue pour sa création. Cette phablette du monde des montres connectées est en précommande pour 235 euros avec une livraison prévue pour début 2016, mais vu le grand nombre d’objet et bracelets connectés plus fins, plus élégants, plus performants et plus design, on opterait pour un modèle différent.