La Microsoft band 2 utilisée pour mesurer l’effort physique des cyclistes

Microsoft a travaillé avec bon nombre de cyclistes durant le dernier Tour de Californie (remporté par le français Julian Alaphilippe) pour recueillir et analyser des données sur les effets de l’entrainement physique sur le corps.

Les cyclistes ont tous porté l’objet connecté du géant de la technologie, la Microsoft Band 2 pour suivre leur rythme cardiaque, vitesse et sommeil. La montre connectée a documenté leurs résultats quotidiennement, avec les distances parcourus et leur exposition aux rayons UV.

Des résultats intéressants avec la Microsoft Band 2

Microsoft a révélé qu’après un exercice intensif – dans ce cas, une course cycliste d’environ 150 kilomètres – il faut des heures avant que le cœur retrouve son rythme normal. Will Barta, participant au projet qui a fini la course dans la deuxième étape a enregistré six heures durant lesquelles son rythme cardiaque a fluctué considérablement, indiquant une fatigue après l’activité physique.

Le cycle de sommeil des cyclistes

Après la deuxième étape, Microsoft a aussi enregistré le cycle de sommeil des athlètes Travis McCabe et David Lozano. Les deux ont montré très peu de sommeil reposant et leur corps a été éveillé plusieurs fois durant la nuit. La Microsoft Band a également enregistré un rythme cardiaque assez bas, un résultat commun chez les cyclistes. Suivre le sommeil des sportifs hauts niveaux est d’autant plus intéressant que le repos après une course telle que le Tour de Californie, il est d’une importance capitale de se reposer et récupérer.

Ces données sont également révélateurs pour les fans et ceux qui veulent devenir professionnel de comprendre mieux les enjeux physiques et mentaux durant ces événements. Microsoft profite aussi de ces résultats, en recevant un feedback sur le fonctionnement de leur produit, pour qu’ils puissent construire le nouveau modèle de Microsoft Band avec des fonctionnalités améliorées.

Nous verrons la Band 2 en action lors d’autres événements sportifs : basket, football américain, baseball. Dans peu de temps, on saura encore plus sur l’effet de ces activités sur le corps humain.

Les meilleures nouveautés du salon MWC 2016

Comparé aux années précédentes, le Mobile World Congress de cette année n’a pas été aussi concentré sur les montres connectées. Alors que les bracelets fitness et les objets connectées étaient au cœur de l’événement en 2014 et 2015, il semble qu’en 2016, le futur de la technologie connectée soit la réalité virtuelle.

Voici quelques nouveautés intéressantes que l’on a vues sur le plus grand salon mobile à Barcelone en début d’année.

La montre connectée Garmin Vivoactive HR

cf-lgGarmin a lancé la nouvelle version de leur trackeur d’activités Vivoactive HR – celle-ci mesure désormais votre rythme cardiaque. La montre connectée, équipée de GPS, était déjà populaire et avait des fonctionnalités impressionnantes. Avec cette nouvelle possibilité, la Vivoactive devient encore plus convoitée sur le marché des technologies connectée.

La montre connectée Omate Rise

Omate, connu pour ses montres pour enfants, se lance dans la cour des plus grands avec un produit intéressant : une smartwatch Android conçue en fibre de carbone, avec connectivité 3G. Le modèle est toujours en cours de développement et sera disponible bientôt !

Le casque LG 360 VR

lgr100Le headset LG 360 VR est différent des autres produits de réalité virtuelle, étant équipé d’attaches pour le porter. Il faut le connecter à son LG G5 avec un câble USB au lieu de glisser le téléphone dans le casque comme pour le Samsung Gear VR.

Mais il n’y a pas que ça, le format est également différent : en forme de lunettes, ce casque est plus confortable à porter que d’autres équipements de réalité virtuelle.

Samsung Gear VR

gear-vrLe casque de réalité virtuelle de Samsung est déjà en vente, mais le géant coréen a profité du MWC pour le mettre en avant de nouveau. La grande nouvelle est que  désormais, avec toute commande du smartphone Samsung Galaxy S7 ou S7 Edge vous recevrez un Samsung Gear VR gratuit – pas mal, comme cadeau !

Sony Xperia Eye et Ear

On a déjà parlé de la Playstation réalité virtuelle que Sony projette de sortir, mais ils se lancent également sur des objets connectés plus compacts. Le Xperia Eye est une caméra à objectif grand angle que vous pouvez attacher à vos vêtements ou porter autour du cou. Équipé d’un objectif de 360 degrés, la caméra déclenche l’enregistrement en utilisant la reconnaissance de voix et de visages.

Le Xperia Ear est une sorte d’écouteur nouvelle génération sans fil qui vous permet de faire des appels en gardant votre smartphone dans votre sac. Il fonctionne aussi comme assistant personnel, lisant votre emploi du temps, la météo ou les actualités. Équipé également de reconnaissance de voix, Ear vous aide également à dicter un message, faire une recherche internet ou naviguer a un emplacement – tout cela sans que vous ayez à utiliser vos mains.

Les nouveautés mentionnées sont déjà disponibles en précommande ou seront disponible pour la livraison bientôt – il faut donc agir vite si vous voulez être un des premiers à utiliser les dernières innovations de la technologie connectée.

 

La martian watch vous permet de contrôler votre smartphone avec la voix

Même si elle arbore des airs de montre classique, la Martian Watch présente des fonctionnalités intéressantes comme le fait de pouvoir le contrôler avec votre voix, avec Siri ou Google Now intégré. Mais y-a-t-il plus ?

Compatibilité de cette montre connectée

Le design de cette montre connectée nous rappelle les montres classiques de années 60’ – au premier abord, on ne dirait pas qu’il s’agit d’une pièce de technologie. Mais si on regarde de près, on voit l’écran horizontal sur le bas du cadran rectangulaire.
Bonne nouvelle : la Martian Watch est compatible avec iPhone 4s et Android 4.1 ainsi que des modèles plus récents de ces deux plateformes. Vous pouvez connecter cet objet connectée à votre smartphone via Bluetooth et puis accéder l’App Store ou le Play Store pour télécharger l’application Martian Alerts. Celle-ci vous permettra d’avoir des notifications sur votre montre connectée.
De plus, vous pouvez contrôler votre Martian par la voix comme vous le feriez avec votre portable. Il faut juste presser le bouton en haut à gauche sur la montre, et vous activez l’assistante de voix virtuelle Siri ou Google Now. Vous avez la possibilité de l’ordonner à faire des appels ou rédiger des textos. Vous pouvez aussi répondre à des appels ou les décliner en appuyant sur les boutons de la montre connectée.

Des fonctionnalités intéressantes !

La Martian Watch permet aussi d’utiliser des gestes pour décliner un appel. De plus, cette montre connectée est équipée d’un microphone éliminateur de bruit – une fonctionnalité très importante pour le contrôler avec votre voix. L’autonomie n’est pas mal, mais il faut le charger au bout de la deuxième journée, avec son câble USB inclus.
Le prix est de 300 dollars, 263 euros environ – un peu élevé si on prend en compte qu’elle ne présente pas d’autres fonctionnalités que proposent d’autres montres connectées.

Les objets connectés non sécurisés envahissent les entreprises

De plus en plus de personnes se mettent à utiliser des montres et objets connectés dans leur vie quotidienne, et cela a bien évidemment des effets sur le travail. Mais pas de la façon dont on penserait.

À la conférence RSA à San Francisco, un événement qui se concentre sur la cyber-sécurité, une étude a été réalisée pour en savoir plus sur les risques qui concernent les utilisateurs d’objets connectés. D’après cette recherche, les personnes utilisent des montres connectées qui ne sont pas équipés de mesures de sécurité quelconques – et ont des craintes concernant un possible vol d’identité.

Des chiffres inquiétants

L’étude a été réalisée par Certify, une société de protection contre les attaques du monde virtuel. Selon eux, 69% de propriétaires d’objets connectés abandonnent les mots de passe et optent plutôt pour la possibilité aux applications à se souvenir des informations de login, dont des codes PIN. De plus, 56% utilisent des applications professionnelles comme Dropbox, Trello ou Google Docs.

D’autre part, 42 % d’entre eux pensent que le vol d’identité est le premier souci des entreprises, suivi par le manque de gestion d’informatique et du contrôle d’objets. 22% pensent qu’il faut lutter contre les hackeurs qui peuvent s’introduire dans les bases de données des entreprises, un risque qui peut entraîner de grosses pertes.

Un problème d’autant plus sérieux avec la croissance des montres connectées

Les spécialistes de cyber-sécurité sont d’accord : avec la montée des montres connectées dans les sociétés, les départements IT doivent sérieusement se concentrer à protéger les données sur ces objets, tout comme pour les ordinateurs portables et les smartphones. Les objets connectés sont trompeurs – les utilisateurs peuvent penser que puisqu’ils les portent a même le corps, il y a moins de chances pour le vol. Mais ils ne tiennent pas compte du vol de données informatiques, qui peut être réalisé sans contact physique. Les hackeurs exploitent les faiblesses des systèmes de sécurité pour connaitre des informations importantes. Il faut donc faire attention à protéger votre montre connectée contre le piratage informatique, pour votre bien et le bien de votre société.

 

Amazon et Microsoft prêt à investir en commun

La grande nouvelle du début d’avril était qu’Amazon et Microsoft ont pris en considération de se lancer dans le monde des voitures disposant de pilotage automatique – et ce n’était pas un poisson d’avril ! Il y a deux semaines, Daimler, le fabricant d’automobiles allemand qui fabrique les modèles Mercedes-Benz a confirmé au Wall Street Journal que les deux géants de technologies sont prêts à devenir propriétaires de« Here », l’entreprise de cartographie digitale pour véhicules autonomes.

Une alliance entre de nombreux partis

Here a en effet été racheté de Nokia par un consortium de créateurs de voitures allemands qui regroupe BMW, Audi et Mercedes pour un prix aux alentours de 3 milliards de dollars. Un membre du conseil de Daimler a confirmé que Amazon et Microsoft sont tous les deux intéressés de fournir leurs capacités d’informatique en cloud pour permettre d’analyser les données recueillis par les senseurs des automobiles en pilotage automatique pour le logiciel Here. Selon les propos du Wall Street Journal, Daimler est en discussion avec les deux géants de technologie ainsi que d’autres fabricants de voitures, mais qu’ils n’ont pas encore décidé quel serait la suite.

Un accord encore en cours 

S’ils arrivent à un accord, celui-ci pourrait être le début d’une relation fructueuse entre la pole des technologies Silicon Valley et les fabricants de voitures pour de meilleures solutions d’autopilotage. Pour le moment, la flotte des voitures autonomes de Google ont déjà conduit plusieurs millions de kilomètres, et Uber se développe aussi leurs recherches. General Motors et Lyft travaillent déjà ensemble pour créer une flotte de voitures de pilotage automatique disponibles sur demande. Et on ne parle même pas des voitures de Tesla qui se conduisent toutes seules ou Ford qui se lance dans les applications pour véhicules électriques. Décidément, le futur du transport approche à grand pas.

Tout savoir sur la nouvelle Sony Smartwatch 4

Les modèles précédents de montres connectées Sony ont misé sur la simplicité, mais cela va changer avec le lancement de la nouvelle Sony Smartwatch 4. Voyons un peu les nouveautés mis en place depuis la création de leur dernière montre.

Affichage

Sony a gardé l’affichage transflectif du Sony Smartwatch 3 qu’on aimait déjà parce qu’on pouvait lire les notifications sur l’écran LCD même sans rétroéclairage et même en plein soleil. Selon les rumeurs, la Sony Smartwatch 4 arborera un affichage très net, mais on ne sait si ça sera avec AMOLED comme ses rivales LG et Samsung Galaxy Gear.

En ce qui concerne l’étanchéité, la SW3 possédait déjà d’une certification IP68, ce qui permet de l’utiliser dans la piscine pendant 30 minutes jusqu’à 1,5 mètres de profondeur, ce qui devance les compétiteurs comme Moto 360. Comme il y a de plus en plus d’applications pour nageurs, la montre connectée Sony Smartwatch 4 sera sûrement étanche et résistante à la poussière.

Design de la Sony Smartwatch 4

On se doute que le nouveau modèle portera un design qui le différenciera des autres montres comme la LG G Watch ou la Moto 360. Sony préfère la praticité plutôt que les tendances. Si on peut croire aux rumeurs, le cadran de la SW4 sera mince avec une protection Gorilla Glass 3.

Comme les leaders de la catégorie montre connectée ont déjà opté pour un design élégant et aux lignes pures, la pression est grande sur Sony de présenter un produit tout aussi plaisant.

Connectivité

Si on peut croire les rumeurs, la Sony Smartwatch 4 vous permettra enfin de partir faire du running sans smartphone, tout cela grâce a une connectivité 46 LTE ainsi que Bluetooth 4.0 LE et un Wi-Fi rapide de 802.11n.  Cela plaira donc aux plus sportifs. Ceux qui préfèrent le cocooning aussi il vous sera possible d’utiliser des écouteurs afin de suivre vos émissions de radio préférées ou écouter de la musique. Vous recevrez également plus de notifications de Twitter, Gmail ou bien Facebook.

On espère que la technologie connectée sera reliée à Google Wallet, une fonctionnalité qui pourrait propulser la Sony Smartwatch 4 au premier rang des montres connectées. Il faut noter que cette mise à jour dépend d’Android Wear et non de Sony.

Avec la montée de constructeurs qui veulent plaire aux mêmes consommateurs que LG, FitBit, Garmin ou Apple, Sony devrait trouver une fonctionnalité qui le démarque de la foule sur le marché et trouver un équilibre entre les apparences, le côté pratique, l’autonomie et le confort.

Sony sort un casque au concept futuriste

Sony a récemment créée une équipe concentrée sur la recherche et développement qui s’est déjà lancé dans la publicité de leur premier prototype d’une idée insolite. Il s’agit d’un casque audio à porter autour du cou, qui dirige le son vers le haut pour que vous puissiez écouter de la musique. Au nom de code Concept N, voici un objet connecté Bluetooth qui prend le design farfelu des casques portés au cou pour y mettre des enceintes multidirectionnelles pour écouter de la musique sans mettre des écouteurs dans vos oreilles.

Sony, toujours la pointe de la technologie audio

Étant le pionnier de la technologie audio, Sony essaie de réinventer les casques audio dans ce monde avec plus en plus de sons. L’idée derrière « N » est de créer un système pour écouter de la musique mais ne pas bloquer les bruits de l’arrière-plan pour quand vous baladez ou faites un tour en vélo. L’objet connecté vient avec sa paire d’écouteurs en cône, lesquelles communiquent avec la bande sur le cou, au cas où vous préférez écouter la musique de façon traditionnelle. Les écouteurs sont percés au milieu et transmettent les sons de l’extérieur. En utilisant ce casque, vous pouvez toujours continuer une conversation tout en écoutant de la musique.

Bien plus que de simples écouteurs

« N » est également équipé d’un contrôle de voix et d’une caméra, programmée pour répondre à des commandes. Nommée « Arc », celle-ci ressemble à une version plus subtile de Google Glass, lequel, en plus, ne recouvre pas votre visage. Moins encombrant que l’objet connecté de Google, mais pas assez design pour plaire aux fashionistas.

D’après les descriptions, l’audio de « N » est d’une clarté surprenante. En même temps, le son est juste assez bas pour se mêler dans les sons de l’arrière-plan, et ne dérange donc pas les autres personnes. Le contrôle de voix a parfois des problèmes dans des environnements bruyants.

Une commercialisation incertaine

« N » semble être une pièce de technologie bien construite, prête à être lancé sur le marché des objets connecté. Cependant, le labo de Sony souligne qu’il s’agit seulement d’un prototype, et nous n’avons pas d’informations sur sa commercialisation. Il faudrait tout de même qu’ils se décident vite, car les concurrents sont déjà au coin de la rue : LG par exemple a créé un objet connecté similaire, le Tone Infinim. D’autres constructeurs pourraient aussi se lancer avant que Sony mette sur le marché son produit.

L’irrésistible montée des travailleurs connectés

Les montres connectées deviennent lentement une partie intégrante de notre vie : toujours plus innovants et plus abordables, elles remplacent petit à petit les chronomètres moins « smart ». La plupart des utilisateurs les utilisent pour en savoir plus sur leur activité physique, mais les créateurs de technologie connectée visent à exploiter d’autres possibilités.

On en a déjà entendu parler au Mobile World Congress à Barcelone : la nouvelle ère des objets connecté sera défini par la mobilité en entreprise, l’arrivée de ce qu’on appellera le « travailleur connecté ». Idéalement, dans l’avenir tous les employés porteront une montre connectée pour notifier sa compagnie de son emplacement et d’autres informations.

Mais ce n’est que le début : ces produits pourront être utilisés pour puiser toutes les sources possibles de savoir-faire en temps réel pour résoudre les problèmes, comme pour le crowd-sourcing. Les smartphones et objets connectés joueront un rôle très important dans ce nouveau modèle, mais les créateurs pensent aussi à développer d’autres technologies déjà existantes : senseurs, applications mobiles, réseaux et autres infrastructures IT.

Selon Jim Bailey, directeur chez Accenture Mobility, « Voici la troisième phase de la mobilité d’entreprise. Dans la première phase, nous avons vu que les travailleurs ont adopté la technologie pour devenir plus productif : ils l’ont utilisé pour des transactions et des ventes, pour améliorer la chaîne logistique. L’étape qui vient sera axée sur le mobile, qui permettra l’émergence de nouveaux modèles et procédés de commerce. » La technologie sera également utilisée pour améliorer la sécurité tout en augmentant l’efficacité et réduisant le taux d’erreurs dans les industries dangereux comme l’extraction minière ou le nucléaire.

L’adoption des objets connectés dépend des entreprises : elles doivent convaincre les employés qu’il ne s’agit pas d’une méthode pour les espionner – ce qui serait une violation de leur vie privée – sous prétexte de vouloir améliorer la productivité. On se pose aussi la question si en étant toujours observés, avec des contrôleurs qui dirigent tous leurs mouvements, ces travailleurs du futur seront-ils plus mécaniques et moins humains, incapable de faire des décisions ? Bailey explique : « Nous ne voyons pas un monde où les travailleurs seraient incapacités par cette innovation. Nous n’essayons pas de créer des surhumains, mais de rendre les humains plus performants en augmentant l’information disponible. » Bien évidemment, la nouvelle technologie devrait également répondre à d’autres questions socio-économiques dans le futur – qui arrive à grands pas.

Le Kickstarter du mois : La dokiWatch

Nous avons déjà parlé de l’émergence des jouets connectés et des montres connectées pour enfants, voici donc un projet Kickstarter tellement intéressant qu’on le considère le Kickstarter du mois : la dokiWatch.

D’après la description, il s’agit de la montre connectée la plus progressiste pour enfants – mais est-elle vraiment à la hauteur de cette déclaration audacieuse ? Bien évidemment, le design n’est pas du tout comme celui des objets connectés pour adultes : la dokiWatch a été créé pour être un moyen simple de connecter les enfants aux parents pour les garder en sécurité.

Avant tout, on peut utiliser cette montre connectée junior pour des appels, même avec vidéo et d’envoyer des messages vocaux ou textuels. D’autre part, la dokiWatch est munie d’un GPS pour suivre l’emplacement de l’enfant, et dispose d’un bouton SOS lequel, appuyé pour 3 secondes, envoie une alerte aux parents et enregistre un message audio d’une minute qui est ensuite envoyé à tous les contacts. Il y a également une fonctionnalité appelée AlertArea, qui notifie les parents si l’enfant s’aventure au-delà des zones prédéfinies. Mais vous avez aussi la possibilité d’ajouter d’autres capacités comme un suivi fitness ou un animal de compagnie électronique.

Le design du dokiWatch est assez simpliste, la montre est disponible en quatre couleurs vives aux noms rigolos comme Jaune mangue ou Gris requin. Le prix pour les premiers adoptants est de 149 dollars (environ 135 euros), et la livraison est prévue pour mai. Cette montre connectée peut être une bonne solution pour les enfants quand on ne veut pas encore leur acheter un smartphone, car la dokiWatch permet de rester en contact avec eux.

Alors qu’en pensez-vous ?

ASU Cast One, la smartwatch qui projette un film sur n’importe quel mur

Un projecteur de qualité, malgré sa petite taille

Le plus petit projecteur laser du monde est installé dans cet objet connecté pour voir des films d’une largeur de 150 cm et d’une résolution de 1280 x 600, jusqu’à une qualité de 720p. D’après les photos, il s’agit d’une smartwatch sobre avec un écran assez grand et un bracelet noir tout simple – l’intérêt réside donc dans le fait de pouvoir projeter des images.

Cette montre connectée au nom d’ASU Cast One a été créée par la compagnie chinoise ASU Technology, et peut projeter des petites images également, pour vous alerter par exemple d’un appel entrant en les affichant sur votre main. Mais vous pouvez aussi lancer des images sur votre mur ou un plafond et même sur le sol devant vous quand vous êtes en train de faire du running pour voir vos performances.  L’usage de la montre est illustrée dans la vidéo destiné à susciter la curiosité des mordus de technologies connectées.

Une montre connectée à d’autres fonctionnalités

A part cette innovation, l’ASU Cast One fonctionne comme les autres montres connectées, reliée à votre smartphone par une connexion Wi-Fi. Elle fonctionne avec sous Android 5.1 et plus. Pour l’utiliser chez vous, pourquoi ne pas l’essayer avec les enceintes connectées AYL dont on vous a déjà parlé pour une audio à la hauteur de cette innovation ?

Tesla projette de sortir des voitures qui se conduiront toutes seules dès 2018

Ford a déjà créée une application pour montres connectées pour ses voitures électriques, et voici que Tesla aussi lance des nouveautés pour améliorer l’expérience des utilisateurs de leurs véhicules.

De grandes ambitions internationales

Après avoir introduit la possibilité de faire venir votre Tesla de votre lieu de parking, Tesla ne cesse de nous surprendre avec ses ambitions. Elon Musk, célèbre PDG de l’enseigne de voitures électriques prédit que la fonctionnalité « Summon » marchera partout dans le monde dans les prochaines années, peut-être déjà en 2018. D’après ses explications, l’idée est de demander le véhicule électrique, garé par exemple à New York, de vous rejoindre a Los Angeles. Ainsi, vous n’avez qu’attendre quelques jours pour retrouver votre voiture, sans bouger. Les chargeurs automatiques de la compagnie qui ressemblent à des serpents vont mettront en marche la VE durant ces longues voyages.

Une réalité différente de la théorie

On connait Elon Musk comme un PDG aux prédictions audacieuses, mais ces déclarations sont plus ambitieuses que jamais. Il y a de fortes chances que les rêves de Tesla échoueront rapidement à cause de la réalité politique. Pour le moment, seulement quelques états de US permettent l’utilisation de voitures qui s’auto-conduisent, encore moins si leurs propriétaires résident dans un autre état. De plus, la conduite autonome fait encore plus peur si le véhicule traverse tout le pays. Lors d’une conférence, Musk lui-même a souligné qu’il faut un grand nombre d’essai de sécurité avant qu’ils soient sûrs que les voitures Tesla n’ont pas besoin d’une assistance humaine au  milieu des longs voyages. On attend donc pour le moment l’aboutissement de ce travail préparatoire, et nous restons confidents que Tesla arrivera à ses fins dans peu de temps.

Nabi, le nouveau trackeur fitness pour les enfants

Fuhu, la compagnie qui a créé la tablette nabi pour enfants se lance dans le monde des objets connectés avec Nabi Compete. Il s’agit d’un tracker fitness conçu spécialement pour enfants, visant à rendre les activités sportives plus intéressantes pour eux et les familles, ainsi que leur apprendre l’importance d’une vie équilibrée.

Un trackeur fitness ludique pour les enfants

Le pack nabi Compete comprend deux bracelets connectés, reliés à une application pour iOS et Android, disponible en différents coloris. D’une longueur de 25,4 cm, les bracelets recouvrent un petit tracker d’activité qu’il est très difficile de retirer – les créateurs ont pensé aux petites mains curieuses. Heureusement, la batterie ne doit être changée que tous les trois mois.

L’application procure les données via Bluetooth dans une rangée de 6 mètres et offre des concours et des tâches collaboratives aux enfants pour les inciter à brûler des calories. Ils peuvent gagner des animaux virtuels et des badges en relevant les défis, et peuvent même participer au réseau social conçu pour les enfants, nabi Konnect.

Un compteur de pas suit l’activité des enfants qui peuvent voir leurs prouesses, les journées avec le plus de pas et les calories brûlées sur l’application. Plus ils sont actifs, plus de points ils gagnent pour ensuite les échanger contre des cadeaux virtuels.

Un objet connectée pour une compétition saine

En tout, l’application est assez intéressante même si le système de récompenses pourrait être utilisé mieux en ajoutant de fonctionnalités. Pour le moment, la seule chose à faire avec les animaux virtuels est de les nourrir – il faudrait peut-être prendre des idées de Furby qui était assez fort dans ce genre de jeux virtuels. Cela serait aussi intéressant si les parents pouvaient ajouter leurs propres récompenses, et permettre à l’enfant d’obtenir des prix plus importants comme une excursion familiale ou un nouveau jeu de console.

En ce qui concerne les activités, le nabi Compete est comme son nom l’indique, concentré sur la compétition alors qu’il serait aussi important d’apprendre aux petits des choses de tous les jours : prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur, de bouger après avoir été assis pour un temps considérable – un peu comme l’Apple Watch.

Vu tout cela, le nabi Compete est tout de même un objet connecté très intéressant pour un prix raisonnable : 40 dollars (soit environ 37 euros). Si on le prend comme un jeu qui en plus aide aux petits à bouger plus, voici un bracelet connecté pour enfants à essayer d’urgence.

Le Boomstick de BoomCloud 360 pour doper vos écouteurs

Les écouteurs de bonne qualité coûtent assez cher et il faut mettre du temps pour trouver ceux qui nous conviennent le mieux. Pour remédier à cela, la société BoomCloud 360 vient de lancer le BoomStick, un objet connecté à un prix très abordable (environ 89 euros) qui utilise des algorithmes pour améliorer le son de toutes les machines auxquels il est connecté.

Pourquoi un tel appareil ?

Selon George Appling, fondateur et directeur de BoomCloud, le but est de résoudre le problème de l’audio en fonction des appareils. Ecouter un CD dans sa voiture avec 4 ou 8 enceintes et écouter Spotify sur son iPhone est totalement différent. Les gens utilisent des supports qui ne misent pas sur la qualité, juste parce que ça leur convient mieux, ce qui est compréhensible – mais si on peut y remédier, pourquoi pas ?

Le BoomStick est un objet connecté petit et léger en forme de rectangle très simple à utiliser : il suffit de le brancher à vos écouteurs, puis le brancher dans la connectique jack de votre smartphone ou votre ordinateur. Vous le mettez en marche avec le grand bouton circulaire et voilà – la musique, les vidéos et les podcasts que vous écoutez bénéficient déjà des algorithmes pour un meilleur son.

Un objet innovant, pouvant être essayé sur le site de la marque

Le BoomStick est un peu la version moderne et moins encombrant du bouton « bass boost » des lecteurs CD d’autrefois, améliorant l’acoustique et enrichissant le son. On entend mieux les instruments, et les paroles sont plus compréhensibles aussi. Le logiciel à labase de cet objet connecté a été créé dans les laboratoires SRS, une compagnie qui a déjà conçu des nouvelles technologies pour Samsung ou bien Toshiba.

Même si le son a été meilleur, a-t-on vraiment besoin d’un nouveau gadget qu’on doit tout de même charger presque tous les jours, vu l’autonomie de 14 heures ? Heureusement, il est possible d’essayer le BoomStick avant de l’acheter : rendez-vous sur le site du constructeur pour écouter des chansons pré-choisies pour montrer les effets de cet objet connecté.

 

La smartwatch qui scanne votre peau pour étudier votre environnement

Une technologie provenant du milieu médical

Le prototype est nommé Tomo, d’après la technique utilisée, la tomographie par impédance électrique, méthode très connue dans le domaine médical. Ici, l’appareil est bien moins coûteux et moins encombrant, et dans le futur, pourrait être installé dans une montre connectée.

En étudiant l’impédance, il est pratiquement possible de créer la carte 2D d’un objet – dans ce cas, les muscles du bras. Les contractions et les expansions des muscles peuvent être interprétées comme des données et retraduites dans d’autres mouvements du poignet, des mains ou des doigts.

Un développement en cours

Le travail ne vient que de commencer, le design notamment est encore très simple : le prototype Tomo est juste attaché à une montre connectée Samsung Gear. Mais au-delà des apparences, il reste aussi des défis technologiques à relever également. Avant tout, les utilisateurs devraient s’habituer au système et le former pour que celui-ci reconnaisse leurs gestes – une corvée quand on voudrait seulement profiter de notre nouveau bracelet connecté. De plus, la lecture de l’impédance dépend de la position des émetteurs et des récepteurs et du bracelet lui-même, et tout cela varie bien évidemment pendant la journée.

Mais il s’agit tout de meme d’une proposition intéressante, surtout si on prend en compte la petite taille et le prix de la technologie. Dans le futur, cette méthode pourrait bien devenir une fonctionnalité standard des montres ou objets connectés.

Le thermostat du futur pour contrôler votre empreinte carbone

La technologie connectée de Nest ressemble plutôt à un logiciel pour ordinateur qui reçoit des nouvelles fonctionnalités régulièrement et de façon automatique – un des avantages des objets connectés. Depuis le lancement du Thermostat NEST en 2011, il a déjà eu 30 mises à jour.

Le thermostat NEST sent les courants d’air

Ces nouvelles fonctionnalités, qui seront intégrées aux trois générations des thermostats Nest Learning dans les semaines à venir, se concentre sur la précision. Les Nest opéraient déjà différemment selon les utilisateurs pour changer la température, et désormais, ils seront encore plus adaptés à vous et votre maison, prenant compte des effets du temps sur la température intérieure, les courants d’air et les changements dans votre emploi du temps.

Une baisse de la consommation comme objectif

La mise à jour de Nest promet de tenir la température de votre maison ou de votre appartement 20% plus proche à la température que vous réglez avant de partir de chez vous grâce à des algorithmes plus avancés.  Cela a également l’avantage de baisser la consommation des systèmes de chauffage modernes : Nest soutient des gains entre 3,8 et 6,5% pour des équipements comme des chauffages à plusieurs niveaux, des systèmes de refroidissement et des pompes à chaleur.

Les fonctionnalités intuitives déjà existantes de Nest Learning Thermostat seront également équipées des nouveaux algorithmes et bénéficieront de la possibilité de la technologie connectée à évoluer.

La Livestream Movi met la puissance de la multicamera dans votre poche

La diffusion en direct sur internet était une des grandes tendances de 2015. L’application Periscope était une grande sensation et Facebook a lancé sa propre fonctionnalité vidéo. Puis Samsung a inclus la livestreaming dans ses smartphones phares, les Galaxy Note 5 et S6 Edge+.

L’entreprise Livestream mise gros sur cette tendance en 2016 avec Movi, le premier produit destiné au grand public. Il s’agit d’une nouvelle caméra 4k pour la diffusion en direct, conçu pour ceux qui ont besoin d’un outil plus professionnel et fiable que la caméra et la connexion d’un smartphone.

Le Movi sera livré dès Avril pour 399 dollars (env. 366 euros). Assez petit, il sera disponible avec une finition noire ou blanche, avec des touches rouges sur le microphone. Le champ visuel est de 150 degrés – plus large que celui des petites caméras d’action mais moins important que celui d’une GoPro – et l’autonomie est d’une heure. Mais c’est le logiciel qui est le plus intéressant ici.

Son logiciel, pièce clé de la Livestream Movi

Il est répandu de rogner les séquences filmées pendant l’édition, puisque la plupart de personnes n’ont pas d’écrans 4k ou le débit suffisant pour un contenu 4K. C’est exactement cette idée que Movi utilise à son avantage. Livestream a donc inclus dans le logiciel la possibilité de recadrage et montrer une série de différentes images comme si vous disposiez d’un système multi-caméras.

Movi est donc suffisamment petit pour ne pas être encombrant, vous pouvez l’utiliser avec un support trépied sans problème et le laisser enregistrer la vidéo en le contrôlant de loin avec un iPhone ou un iPad grâce à sa connexion Wi-Fi.

Avec l’application « production » de Livestream, vous voyez ce que la caméra voit en temps réel, qui dispose aussi d’un logiciel de reconnaissance de la voix et tourne automatiquement à la personne qui est en train de parler.

Une caméra de qualité, mais avec certaines faiblesses

D’après la démo, Movi est très facile à utiliser et d’une rapidité impressionnante. Même si la qualité de l’image en souffre si vous coupez trop ou si vous zoomez trop vite, et que cette technologie connectée n’est pas l’idéal pour des événements spontanés, elle reste l’une des meilleures options sur le marché. Vous avez un outil qui donne l’impression que vous avez toute une armée pour la diffusion en direct d’un concert par exemple.